Dépistage du cancer colorectal

Dre P. Archanioti
Mai 2020

Introduction

Le cancer colorectal (CCR) représente la 3ème cause de mortalité par cancer dans les pays d’Europe de l’ouest. Le risque de développer un CCR au cours de la vie est estimé à environ 5% et varie en fonction de facteurs de risque génétiques et environnementaux (tels que le tabagisme et le syndrome métabolique).

La prévention du CCR dans la population générale s’organise autour du dépistage, qui permet par le biais de différents tests, plus ou moins invasifs, de détecter de manière précoce les polypes à risque de dégénérescence néoplasique et de les réséquer.

Etant donné son incidence, l’histoire naturelle de la maladie, le taux de mortalité et l’accès à des traitements efficaces à un stade précoce, le cancer colorectal représente une cible idéale pour un programme de dépistage.

 Epidémiologie

En terme de fréquence, le CCR représente le 2ème cancer chez la femme et le 3ème chez l’homme. C’est le cancer le plus fréquent en Europe, avec une incidence de plus de 430 000 cas et plus de 200 000 décès par an avec un sex ratio de 1.5 ♂/♀.

Le taux de survie globale est estimé à 60 % à 5 ans et 52 % à 10 ans. Dans 30 % des cas le CCR est découvert à un stade d’emblée métastatique avec une réduction de la survie à 5% à 5 ans.

En Suisse le CCR représente 11 % des cancers. 4000 nouveaux cas sont diagnostiqués par an dont 375 dans le Canton de Vaud avec 1600 décès par an (130 dans le Canton de Vaud).

Au cours des 20 dernières années la prévention du CCR dans le monde a évoluée avec l’application de programmes de dépistage dans de nombreux pays. Cependant il existe une grande hétérogénéité dans le type de programme mis en place et l’adhésion des populations à celui-ci.

 Intérêt du dépistage

A l’âge de 50 ans le pourcentage de sujets présentant des adénomes dits classiques avec un risque de dégénérescence en cancer est estimé à 25-30%, à l’âge de 70 ans il est de 50%. Le temps d’évolution d’un adénome en cancer est estimé à 7 – 10 ans.

De nombreuses études ont permis de mettre en évidence un bénéfice du dépistage à partir de 50 ans d’une population asymptomatique, à risque moyen de

CCR et d‘en diminuer l’incidence et la mortalité spécifique. Le dépistage permet ainsi :

  • La détection précoce de cancers asymptomatiques, permettant d’accéder à de meilleurs taux de guérison.       La détection des patients à risque, pour permettre une surveillance adaptée.        Une réduction globale de la mortalité et des coûts de santé. En Suisse selon les estimations, le dépistage réalisé dans le cadre d’un programme permettrait de réduire le nombre de ces décès de 25 à 50 %.

 Les tests de dépistage :

Le test de dépistage optimal se doit de réunir les éléments suivants : des taux de spécificité et sensibilité satisfaisants, une certaine acceptabilité par le patient, un coût peu élevé, une bonne reproductibilité et un risque faible de complication.

De nombreux tests de dépistages ont été décrits avec chacun des avantages et inconvénients résumés dans le tableau ci-dessous :

Tests de dépistage du cancer colorectal (CCR)

 

Avantages

Inconvénients

Remarques

Recherche de sang occulte (selles)

 
  • Simple
  • Coût faible
  • Relativement acceptable
 
 
  • Sensibilité faible
  • Colonoscopie si positif
  • A répéter 1x/an
 

 

ADN tumoral (selles)

 
  • Simple
  • Relativement acceptable
  • Sensibilité élevée (CCR)
 
 
  • Colonoscopie si positif
 
 
  • Coût
  • Intervalle de répétition inconnu
  • En cours d’évaluation
 

ADN tumoral (sang)

 
  • Simple
  • Acceptable (prise de sang)
  • Sensibilité élevée (CCR)
 
 
  • Colonoscopie si positif
  • En cours d’évaluation       Remboursement partiel en  

      Suisse

 
  • Coût
  • Intervalle de répétition
  • Sensibilité AA
 

Recto-sigmoïdoscopie

 
  • Simple (pas de sédation)
  • Sensibilité élevée pour le recto sigmoïde
  • Thérapeutique
 
 
  • Examen partiel
  • Complications potentielles
  • Incomplet
  • Coût
 

 

Colonoscopie

 
  • Sensibilité élevée (AA+CCR)
  • Thérapeutique et diagnostique
 
 
  • Préparation orale
  • Examen invasif
  • Complications éventuelles
  • Coût élevé
 

 

Colo- CT

 
  • Sensible (CCR, polypes>10 mm)
  • Peu invasif
 
 
  • Préparation per orale
  • Coloscopie si positif
  • Irradiation
  • Coût élevé
 
 
  • Sensibilité pour des lésions planes
 

Vidéo-capsule colique

 
  • Sensible (préparation parfaite,               mains expertes)
 
 
  • Préparation orale
  • Coloscopie si positif
  • Non remboursé
 
 
  • Expertise en Suisse
 

Dans le cadre du dépistage en canton de Vaud, seules la coloscopie et le test immunologique dans les selles ont été retenus dans une démarche de choix éclairé.

Dépistage cantonal Vaudois :

Depuis mai 2014, le Département Fédéral de l’Intérieur a donné un accord pérenne d’exemption de franchise pour les tests de dépistage du cancer du côlon réalisés dans le cadre d’un programme cantonal de dépistage organisé.

Le principe du libre choix éclairé des personnes éligibles est appliqué vis-à-vis des deux modalités de dépistage proposées conjointement :

  • Coloscopie de dépistage tous les dix ans ou 
  • Test immunologique de détection de saignement occulte dans les selles (FIT) tous les 2 ans, suivi d’une coloscopie en cas de FIT positif

L’objectif est d’informer 100% de la population cible sur ce programme, la décision informée ayant démontré son intérêt dans l’adhérence des patients au dépistage et dans la réduction de la mortalité.

Personnes concernées :

Critères d’éligibilité

  • Personne à risque moyen de CCR et âgée de 50 - 65 ans
  • Domicilié dans le canton de Vaud

Critères d’exclusion (temporaires ou définitifs selon le contexte)

  • Risque élevé de CCR :
    • Antécédents personnels : CCR ou polype (>1 cm adénome villeux ou tubulo-villeux et dysplasie de haut grade)
    • Antécédents familiaux (parenté de 1er degré) : CCR ou adénome avant 60 ans justifiant de contrôles endoscopique à intervalle < 10 ans.
    • Maladie inflammatoire chronique de l’intestin.
    • Irradiation abdominale dans l’enfance (>30 Gy) acromégalie       
    • Risque très élevé de CCR :
    • Polypose adénomateuse familiale (FAP)
    • Syndrome de Lynch (HNPCC) ou autre syndrome héréditaire
  • Maladie intercurrente grave
  • Symptômes digestifs récents évocateurs d’un CCR
  • Rectorragie macroscopique
  • Coloscopie ou FIT récent (< de 10 ans pour la colonoscopie et < 2 ans pour le FIT)
  • Refus du patient

Stratification du risque de CCR

  • Dépistage Cantonal :
    • Risque moyen : La population générale sans symptômes ou antécédent personnel / familial de CCR entre 50 et 69 ans représentent 80% des CCR et ont un risque moyen de développer un CCR à un taux de 3-4 %.
  • Dépistage individuel :
    • Risque élevé : La population avec ATCD personnel de polype adénomateux ou CCR (histoire personnelle de polype ou CCR et antécédents familiaux de CCR avec apparenté de 1er degré ou plusieurs cas dans la famille < 60 ans, patients MICI) représentent 15 % des CCR totaux avec un risque de cancer de 5-10 %.
    • Risque très élevé : La population avec syndromes de prédisposition héréditaire (FAP, syndrome de Lynch…) constitue moins de 5 % de la proportion de CCR et ont un risque de 40-100% de développer un CCR.

Modalités du dépistage :

Les tests proposés : Coloscopie vs FIT test

2 options offertes

Recherche du sang occulte tous les 2 ans

Coloscopie de dépistage chaque 10 ans

Comment réaliser le test ?

Prélèvement au domicile d’une petite quantité de selles à l’aide d’un kit spécialement fourni.

Envoi postal et analyse du prélèvement dans un laboratoire spécialisé.

Régime spécial de 48 h et préparation colique au domicile.

Réalisation d’une colonoscopie dans un cabinet de gastro-entérologie ou clinique/hôpital avec sédation.

Possibilité de résection des polypes d’emblée

Obtention des résultats

Retour des résultats par courrier au domicile et vers le médecin traitant.

Résultat oral après l’examen et rapport définitif envoyé par courrier à domicile et au médecin traitant.

Remboursement du test

Remboursement entre 50-69 ans par l’assurance de base avec exception de la franchise.

Participation de 10% à la charge du patient.

Remboursement entre 50-69 ans par l’assurance de base avec exception de la franchise.

Participation à 10% à la charge du patient.

Rythme de réalisation

Tous les 2 ans.

Tous les 10 ans.

Quelles sont les avantages ?

Pas de préparation à réaliser

Facile à faire

Meilleur test de détection des polypes avant qu’ils n’évoluent en cancer.

Les polypes sont directement enlevés pendant l’examen.

Fiabilité pour détecter le cancer du côlon

Bonne si réalisation régulière tous les 2 ans.

Excellent si la préparation colique est correctement réalisée.

Quels sont les inconvénients ?

Risque de résultats faux négatifs : les polypes et cancers ne saignent pas toujours. Il faut dont répéter le test aux 2 ans au minimum.

Risque de faux positifs : Un saignement digestif peut s’observer sans présence de polype ou de cancer.

En cas de résultat positif, il faudra réaliser systématiquement une colonoscopie.

Faible risque de complication sévère (perforation intestinale ou saignement important) : environ 2‰.

En cas d’administration d’un sédatif il ne faut pas conduire pendant 12 à 24 heures (effets secondaires des sédatifs)

Quelles sont les prestations exemptées de franchise dans le programme de dépistage ?

Ces prestations sont les suivantes :

  • Consultation d’inclusion / exclusion du MF.
  • Test de recherche de saignement occulte : Kit de test + analyses.
  • Coloscopie de dépistage et coloscopie sur FIT positif.
  • Analyses histologiques sur prélèvement pratiqué lors de la coloscopie de dépistage où      Coloscopie sur FIT positif.
  • Transmission de rapport standardisé de complication tardive après coloscopie.

Attention – Ne sont pas exemptés de franchise :

  • Les produits de préparation à la colonoscopie.
  • La consultation du médecin de famille lors du rendu de résultats FIT positif, pour orientation vers la colonoscopie.
  • Les coloscopies de deuxième rang (exemple de situation en rapport : exérèse non praticable sur la coloscopie de dépistage ou coloscopie sur FIT positif avec seconde coloscopie dédiée à cette exérèse : la seconde coloscopie n’est pas exemptés de franchise).
  • Les colonoscopies de surveillance instituées à la suite de détection dans le cadre du programme de dépistage de lésions coliques (La personne concernée « sort du programme de dépistage »).

Montant résiduel à charge des participants   160 CHF

Population à risque élevé et surveillance

Evaluation du risque

Âge de dépistage

Test

Intervalle

Antécédent familial (apparenté de 1° degré) avec CCR /adénome < 60 ans

40 ans

Colonoscopie

5 ans

Antécédent familial avec CCR / adénome après l’âge de 60 ans

40 ans

Colonoscopie

10 ans

≥ deux apparentés de 1° degré avec CCR / adénome

40 ans

Colonoscopie

5 ans

Maladie de Crohn ou RCUH avec pancolite

8 ans après le diagnostic

Colonoscopie

1-2 ans

Maladie de Crohn ou RCUH colique gauche

15 ans après le diagnostic

Colonoscopie

1-2 ans

 

Catégorie de risque

Caractéristique des polypes (histologie, critères traditionnels)

Intervalle pour la coloscopie de surveillance après résection d’un polype

Intervalle pour la coloscopie de suivi après coloscopie sans polype

I

Polype hyperplasique

  • Au niveau du rectosigmoïde de

<  1cm

Coloscopie de dépistage tous les 10 ans

 
  • Au niveau du rectosigmoïde de

> 1cm

  • Au-dessus du rectosigmoïde
 

5 ans

Coloscopie de dépistage tous les 10 ans

Adénome tubulaire

  • ≤ 2 polypes
  • ≤ 1 cm de taille
  • Aucune dysplasie sévère
 

SSA

  • < 1 cm et sans dysplasie
 

5 ans

5 ans

II

Adénome tubulaire

  • ≥ 3 polypes où
  • >1cm de taille où
  • dysplasie sévère
 

3 ans

5 ans

Adénome (tubulo-) villeux

TSA ou SSA

  • ≥ 1cm ou avec dysplasie
 

III

Carcinome pT1 dans un adénome sessile

  • Polypectomie complète
  • Limite de résection histologique en tissu sain
  • Différenciation G1-G2
  • Aucune invasion vasculaire
  • < 1000 µm d’invasion

Carcinome pT1 dans un adénome pédiculé

  • Polypectomie endoscopique complète
  • Pédicule sans infiltration (Haggit 1-2)
  • Différenciation G1-G2
  • Aucune invasion vasculaire
 

≤ 3 mois contrôle endoscopique du site de résection puis coloscopie dans 3 ans

5 ans

IV

Carcinome pT1 dans un adénome

  • Pas tous les critères de la catégorie de risque III
 

Présentation au Tumorboard – résection chirurgicale

Abréviations : TSA ; traditional serated adenomas, SSA ; sessile serated adenomas

Population à risque très élevé et surveillance

Syndrome

Test de dépistage

Fréquence

Lynch syndrome / HNPCC

Colonoscopie

Tous les 1-2 ans dès 20-25 ans

OGD

Tous les 3-5 ans dès 30-35 ans

Polypose adénomateux familiale (FAP)

Sigmoïdoscopie ou colonoscopie jusqu’à que le nombre des polypes devient trop élevé pour une polypectomie à coléctomie préventive

Surveillance annuelle dès 10-12 ans

Duodénoscopie

Tous les 1-5 ans , en rapport avec l’apparition des polypes coliques

Polypose atténuée (AFAP)

Colonoscopie

Tous les 1-2 ans dès 18-20 ans (fréquence qui varie / au nombre de polypes)

Duodénoscopie

Tous les 1-5 ans dès 25-30 ans

Polypose MutYH-associée

Colonoscopie

Tous les 1-2 ans dès 25-30 ans

Duodénoscopie

Départ qui varie / au nombre de polypes

Peutz-Jeghers syndrome (PJS)

OGD + Vidéocapsule ou Entéro-IRM+ Colonoscopie

Tous les 3 ans, dès 8 ans, si négative prochain contrôle à l’âge de 18 ans

Polypose Juvenile

Colonoscopie + OGD

Tous les 1-3 ans dès 12-15 ans et ensuite annuelle dès l’apparition des polypes

Syndrome de Cowden

Colonoscopie

Tous les 2 ans dès l’âge de 15 ans

Cancer diffuse gastrique héréditaire

OGD

Dès 12-15 ans et prophylactique gastrectomie après l’âge de 30 ans

Cancer pancréatique familial

Endoscopie , US et IRM

Dès 50 ans surveillance annuelle

 

Conclusion :

  • Diminuer l’âge de dépistage colorectal à 45-49 ans ? Van de Veerdonk W et al., Cancer Epidemiol
  • Programmes de dépistage dans le monde ? Navarro M et al. World J Gastroenterol, 2017 May

Sources / Liens d’intérêt :

  1.  Globocan. Estimated cancer incidence, mortality and prevalence worldwide in 2012. (2012) Available from:http://globocan.iarc.fr/Default.aspx2. Recommandations pour la surveillance après polypectomie lors d’une coloscopie (2014) [Internet]. SGG SSG. [cited 2019 May 8];Available from:
  2. sggssg.ch/fr/recommandations/
  3. Bosman FT, Carneiro F, Hruban RH, et al. WHO classification of tumors of the digestive system. 4th ed. Lyon : IARC. 2010.
  4. Kanth P, Grimmett J, Champine M, et al. Hereditary colorectal polyposis and cancer syndromes : A primer on diagnosis and management. American Journal of Gastroenterology 2017;112(10):1509-25
  5. Screening H. Home - Swiss Cancer Screening [Internet]. Swisscancerscreening.ch. 2019 [cited 2019 May 8];Available from:https://www.swisscancerscreening.ch/fr

https://www.pmu-lausanne.ch/sites/default/files/inline-files/pmu-programme-cancer-qr.pdf

 Dernière mise à jour le 23/02/2021 à 08:13