Création d’un centre pionnier sur la toxicité des immunothérapies

Publié par Dao Julia le 25.04.2022
Le nouveau Centre Lausannois des toxicités en immunothérapie du cancer, le LCIT, incarne une approche pluridisciplinaire inédite. Il vise à améliorer la prise en charge des effets indésirables des traitements innovants en immunothérapie.

Au cours des dernières années, la recherche lausannoise contre le cancer a connu un important essor. Premier centre de Suisse en matière de prise en charge oncologique médicale, le CHUV a notamment développé une approche pluridisciplinaire qui répond à la complexification croissante des traitements. Ses recherches cliniques de pointe en matière d’immunothérapies et d’immunologie clinique permettent d’amener des solutions innovantes plus rapidement au chevet des patientes et des patients.

L’innovation en matière d’immuno-oncologie a radicalement amélioré le pronostic de survie de nombreux patient·e·s atteint·e·s de cancers. Porteuses d’espoirs grandissants mais encore fragiles, ces approches d’immunothérapies émergentes (tels que les traitements par inhibiteurs des points de contrôle immunitaire (checkpoint inhibitors) ou la thérapie cellulaire CAR T) s’imposent progressivement comme de nouveaux standards de soins oncologiques. Elles s’accompagnent pourtant aussi d’un nouveau spectre de toxicités ou d’effets indésirables que les professionnel·le·s de la santé doivent apprendre à prévenir, anticiper et prendre en charge.

La toxicité des immunothérapies représente ainsi un réel défi thérapeutique et de diagnostic : elle peut remettre en question la poursuite des traitements, voire conduire à des hospitalisations. Le volume de telles réactions ne cesse par ailleurs de croître du fait de la hausse globale des consultations oncologiques au CHUV et de l’accès élargi à ces nouveaux traitements.

Avec la création du LCIT – construit et mis en place par le Service d’immunologie et allergie et le Service d’oncologie médicale, en collaboration avec le Service d’immuno-oncologie et les autres services impliqués – le CHUV dans son ensemble s’équipe d’une plateforme d’immunologie clinique innovante au bénéfice des patient·e·s en traitement. Le LCIT permettra en effet une prise en charge pluridisciplinaire et personnalisée selon le profil moléculaire et immunologique de chaque individu. Il proposera aussi une consultation hospitalière et ambulatoire spécialisée. La seconde sera ouverte tant aux patient·e·s traité·e·s au CHUV qu’aux personnes référées par d’autres médecins et institutions de la région. Le LCIT collaborera étroitement avec les différents services de spécialités impliqués dans la prise en charge de ces patient·e·s, afin d'assurer les meilleurs soins possibles à la patientèle du CHUV.

Le LCIT permettra aussi de soutenir le développement de nouvelles thérapies individualisées avec une sécurité accrue. Ce travail s’appuiera entre autres sur une meilleure identification des biomarqueurs capables de prédire la gravité des différentes toxicités et la réponse aux traitements – et de favoriser ainsi le bon usage des médicaments à l’étude. Le LCIT bénéficiera de moyens importants, d’équipements de haute technologie et de toute l’expertise acquise dans ce domaine par le Service d’immunologie et allergie et le Département d’oncologie UNIL CHUV. Pour renforcer ce centre, la Direction générale du CHUV a attribué au LCIT une équipe de médecins et des ressources supplémentaires au niveau administratif.

La mise en place d’une telle plateforme permet d’optimiser les recherches en cours et d’explorer des nouvelles hypothèses de travail. Clinicien·ne·s, chercheurs et chercheuses, structures de formation et entreprises pharmaceutiques y sont étroitement associés, œuvrant dans l’objectif commun de faire progresser les protocoles de prise en charge médicale. Le LCIT met ainsi en avant la complémentarité des différents spécialistes travaillant au CHUV, animés par une seule et même mission : celle d’établir des passerelles chaque jour plus solides entre la recherche fondamentale, la recherche clinique et les équipes médicales de première ligne.

 Dernière mise à jour le 11/05/2022 à 18:10