Dépistage de l'hépatite C. Abandon de l'EIA pour la détection de l'Ag HCV dans notre Laboratoire de diagnostic

A nos demandeurs

Madame, Monsieur, cher(e) Collègue,

En mars 2001, nous avons introduit la détection de l’antigène (Ag) de nucléocapside (NC) du HCV par EIA pour toute demande de dépistage sérologique de l’hépatite C, et ce en complément à la recherche des anticorps anti-HCV.Cette procédure devait permettre la détection précoce de l’hépatite C aiguë en phase de préséroconversion, autrement dit avant l’apparition des anti-HCV. Le test de l’Ag HCV était également censé s’avérer utile en cas de test de confirmation des anticorps indéterminé.

Malheureusement, le test immuno-enzymatique d’Ortho pour la mise en évidence qualitative de l’Ag HCV n’a pas répondu à nos attentes:

  • Ce test ne s’est avéré utile, c.-à-d. positif et confirmé positif par neutralisation, que dans 0,15 % des cas
  • La spécificité du test s’est avérée très insuffisante, nécessitant de nombreuses répétitions et tests de neutralisation
  • Le fabricant du test n’envisage malheureusement pas d’améliorer celui-ci, ni sur le plan de la sensibilité, ni sur celui de la spécificité

DECISION: dorénavant, le dépistage sérologique de l’hépatite C dans notre laboratoire de diagnostic se limitera à la recherche des anticorps anti-HCV.

Ceci est en conformité avec les exigences suisses et européennes en matière de dépistage sérologique de cette affection.

Si toutefois vous suspectez que votre patient se trouve en phase de préséroconversion ou présente une hépatite C séronégative en raison d’une immunodéficience sévère, nous vous conseillons de procéder à une recherche de l’ARN du HCV par PCR en nous envoyant 10 ml de sang sur EDTA (échantillon séparé uniquement destiné à la PCR, cf. notre bon de demande d’analyses). Une telle mesure est particulièrement indiquée

  • chez des sujets avec exposition récente au HCV, surtout en présence d’une élévation de l’activité des aminotransférases inexpliquée
  • chez des toxicomanes avec comportements à risque, en particulier si une phase de préséroconversion prolongée est suspectée
  • chez des patients immunodéprimés (chimiothérapie anti-cancéreuse, patients en hémodialyse, etc...) avec des anti-HCV indétectables

La PCR a par ailleurs l’avantage d’être beaucoup plus sensible que le test de l’Ag du HCV. En effet, le seuil de détection de la PCR est de 15 UI/ml, alors que celui de l’Ag équivaut à une virémie de 1 x 104 à 1 x 105 UI/ml (selon le génotype).

Nous sommes bien entendu à votre disposition pour toute question relative à ce changement et vous prions d’agréer, Madame, Monsieur, cher(e) Collègue, nos salutations les meilleures.
 

Prof. Giuseppe Pantaleo

Médecin-Chef de Service

 

Dr. Philippe Bürgisser

FAMH en immunologie clinique
Responsable HIV, hépatites, cytométrie

 

Novembre 2006

 Dernière mise à jour le 04/09/2019 à 10:53