Pascale Schmied

La pratique de l'acupuncture à Taïwan: transformations et continuités. La maîtrise des techniques d'aiguilles

Faculté de biologie et de médecine, Université de Lausanne 

Thèse soutenue le 14 février 2019 sous la direction de Vincent Barras, IHM, CHUV-Unil et Yi-Chang SU, China Medical University

Résumé

L’acupuncture est l’une des méthodes thérapeutiques de la médecine chinoise, qui s’est développée et transformée durant plusieurs siècles. Notre recherche se concentre sur les transformations récentes des techniques d’aiguilles afin de mettre en lumière les dynamiques de ces changements dans la pratique de l’acupuncture contemporaine à Taïwan (de 1949 nos jours). 

Notre étude se base sur des méthodes de recherche historiques et anthropologiques (interviews et terrains). Nous nous sommes inspirés du courant de l’ethnographie multi-située pour approcher les techniques d’aiguilles sous diverses perspectives. C’est à travers la juxtaposition de l'analyse des représentations écrites (manuels d’acupuncture taïwanais), des processus de transmission, de la pratique et du processus de maîtrise de ces techniques d’aiguilles que nous montrons quels sont les principaux changements intervenus.

Si la professionnalisation et l’institutionnalisation de l’acupuncture se développent selon une histoire politique, économique et sociale propre à Taïwan, cette histoire s’inscrit aussi dans un contexte global où les systèmes de soins biomédicaux privilégient la production et l’utilisation de données explicites, codifiables et transférables. La pratique de l’acupuncture se transforme par une pression, toujours plus forte, visant à la standardisation et à la simplification de ses techniques. Cette vision est notamment encouragée le courant "dominant" incarné par les institutions (universités, hôpitaux) et le système de soins taïwanais. Pourtant, loin d’être une pratique uniforme, l’acupuncture se caractérise par une multiplicité de pratiques. Cette multiplicité repose sur les connaissances, les perceptions et l’expérience accumulée du praticien. C’est donc par un processus éminemment personnel que le praticien accède à la maîtrise de ses aiguilles.

Face à la logique d’un système de santé basé sur la productivité, l’efficacité et la reproductibilité, les techniques d’aiguilles reposent sur un paradigme radicalement différent. Ces techniques demandent du temps, de la sensibilité et sont le fruit d’un processus individuel. Les changements décrits dans notre recherche questionnent la légitimité de la standardisation de l’acupuncture, de la professionnalisation de ces savoirs et de leur intégration dans un système de soins global. Notre recherche propose, d’une façon plus générale, une réflexion sur la multiplicité des pratiques inhérentes à la complexité de la réalité clinique.

Information de contact

Pascale Schmied
 Dernière mise à jour le 21/08/2019 à 11:21