Vincent Verroust

Une science est née. Les conséquences heuristiques de la découverte des champignons divinatoires du Mexique, en France (1953 - 1971)

École des hautes études en sciences sociales, Centre Alexandre-Koyré, Paris

Thèse en cours sous la direction de Claude Blanckaert, Centre Alexandre-Koyré & de Vincent Barras, IHM, CHUV-Unil

Résumé

Les effets des champignons à psilocybine furent découverts en 1955 au Mexique par les époux Wasson, des ethnologues amateurs. Le Muséum national d'Histoire naturelle de France était déjà associé aux recherches ethnomycologiques des Wasson par la personne du Professeur Roger Heim, directeur du laboratoire de cryptogamie ; la découverte des effets de ces champignons allait marquer le début d'une période de l'histoire du Muséum que j’étudie.

Cette période correspond aux prémices de l'approche pluridisciplinaire et son étude pourra documenter comment la découverte de plusieurs espèces de champignons au Mexique a convoqué, en France, pendant environ deux décennies, des domaines disjoints tels que la taxonomie mycologique, l'ethnologie, la psychiatrie, l'archéologie, la chimie, la biologie culturale  et même l'arachnologie ou encore la parapsychologie.

Le fonds d'archive de Roger Heim au Muséum comporte de nombreux manuscrits dont une correspondance abondante consacrés aux champignons hallucinogènes. Outre le fait de documenter les prémisses d'une approche pluridisciplinaire et l'effervescence générée par la découverte de ces champignons particuliers au sein du monde académique, l'intérêt d'une telle recherche réside aussi dans la prise en compte, pour les protagonistes de la période, des effets provoqués par les tryptamines hallucinogènes sur la cognition et sur les modifications de la personnalité qu'elles engendrent. Ces modifications sont documentées depuis les années 60, elles ont fait l'objet de recherches plus récentes dans les années 2000. On peut par conséquent formuler l'hypothèse que les champignons à psilocybine ont produit des transformations psychologiques chez les chercheurs et les volontaires qui les ont expérimentés et que leur expériences subjectives leur ont inspiré des projets d'investigation scientifique.                               

C'est en tout cas après les auto-expériences d'ingestion de tryptamines hallucinogènes, mescaline et LSD dans un premier temps et psilocybine ensuite, qu'a été formulée l'opportunité de mener des investigation sur leurs applications en médecine psychiatrique. Mais la psychiatrie ne fut pas le seul domaine d'application envisagé par les chercheurs ayant expérimenté les tryptamines sur eux-mêmes.                                                          

La psilocybine peut donner l'impression de se trouver en présence du divin, d'où l'usage des champignons hallucinogènes dans des cérémonies religieuses par les Mazatèques. Un film documentaire tourné au Mexique et réalisé en 1964 sous la direction scientifique de Roger Heim montre une telle cérémonie où anges et saints chrétiens sont invoqués. Cette propriété "enthéogénique", qui génère le sentiment du divin en soi, est à l'origine de tentatives de déclenchement pharmacologique d'expériences mystiques ou spirituelles. L'analyse de sources documentaires pourra-t-elle mettre au jour des manifestations de ce type chez les chercheurs et volontaires qui ont ingérés les champignons sacrés des Mazatèques ? Pourra-t- elle corréler l'engagement croissant de Roger Heim pour la conservation de la nature à ses expériences transcendantes ?                                                                

L'autre domaine d'application envisagé par les chercheurs ayant expérimenté les tryptamines sur eux-mêmes consiste en la stimulation expérimentale des capacités créatives. L'analyse de sources documentaires pourra-t-elle révéler, chez les auto-expérimentateurs, la prise de conscience d'une capacité accrue d'imagination ? Quelles suites, le cas échéant, leur furent-elles données ? Peut-on documenter la genèse d'une production scientifique originale favorisée par ces auto- expériences ?                                         

Ce travail pourra également être l’occasion de procéder à des comparaisons avec d’autres auto-expériences de substances psychoactives par des scientifiques et de soulever des questions de méthode ou d’épistémologie sur la validation de ces auto-expériences.       

Information de contact

Vincent Verroust
 Dernière mise à jour le 08/05/2019 à 10:09