Recherche fondamentale sur les arenavirus

Invasion des cellules humaines par les arenavirus pathogènes

L’agent pathogène humain le plus important parmi des arenavirus est le virus de Lassa, responsable de plusieurs centaines de milliers d’infection par année en Afrique, avec une haute mortalité. Le virus de Lassa est un pathogène zoonotique et l’infection chez l’homme est le résultat d’une transmission des animaux réservoirs aux humains. Dans notre recherche de base, nous étudions les mécanismes permettant à cet important pathogène de sauter les barrières des espèces et infecter la cellule humaine. Nous cherchons à identifier les protéines cellulaires et les voies de signalisation monopolisées par le virus au cours de l’invasion cellulaire en utilisant des outils de protéomique, biochimie, biologie cellulaire et microscopie. Les facteurs cellulaires essentiels à l’infection productive sont par la suite évalués comme cibles thérapeutiques pour lutter contre l’infection par le virus Lassa.

Analyse de l’entrée du virus par microcopie confocale: colocalisation du virus avec les protéines régulatrices de la voie d’endocytose de la cellule hôte, telles que Tsg101 et Rab7 (d’après Pasqual et al., PLOS Pathogens, 2011).

Collaborateur: Prof. Kevin P. Campbell (Howard Hughes Medical Institute, University of Iowa, Iowa City, USA), Dr. Gisa Gerold (TWINCORE University of Hannover).

Subsides: Swiss National Science Foundation Grant Nr. 310030-149746/1 (Kunz) "Host cell invasion by Lassa virus"

Plasticité génétique virale des arenavirus émergents, tropisme et évasion immunitaire

Après avoir brisé la barrière des espèces et envahi l’organisme, les virus émergents sont soumis à une forte pression sélective. Celle-ci mène à la sélection positive de variants qui expriment des protéines d’attachement capable de se lier à des récepteurs humains, ainsi que la sélection de protéines virales impliquées dans des interactions lors d’étapes plus tardives du cycle viral. Notablement, la pression sélective ne s’applique pas au variant individuel, mais à la population virale entière, générant des interactions complexes entre variants. Dans le cadre d’un projet collaboratif du programme SINERGIA du Fonds national de la recherche scientifique avec les laboratoires du Professeur Volker Thiel (Université de Berne, CH) et du Professeur Stephen Leib (Hôpital Universitaire de Berne, CH), nous allions les techniques de séquençage de nouvelle génération et de virologie moléculaire de pointe dans le but de suivre en temps réel l’adaptation humaine d’arenavirus émergents. Ces études vont permettre de détecter au niveau des protéines virales, les altérations sous-jacentes à l’adaptation virale, notamment l’usage du récepteur et le tropisme cellulaire, et ainsi éclairer des aspects fondamentaux de l’émergence virale.

Sélection de nouveaux arénavirus variants: Passage en série dans des modèles de culture organotypiques de l’épithélium des voies respiratoires (HAE) et de cellules endothéliales de veines ombilicales humaines (HUVEC). Les isolats sont analysés par séquençage de nouvelle génération pour détecter les changements moléculaires liés à l’adaptation.

Collaborateurs: Prof. Volker Thiel (University of Bern, Switzerland), Prof. Stephen Leib (University Hospital Bern, Switzerland), Dr. Rahel Gäumann (Spiez Laboratory).

Subsides: Fonds national de la recherche scientifique SINERGIA Nr. CRSII3_160780/1 (Thiel, Leib, Kunz) "Viral plasticity underlying tropism and pathogenesis/Immune evasion of emerging viruses"

 Dernière mise à jour le 28/10/2019 à 14:06