Pre Caroline Pot Kreis

Biographie

Clinicienne chercheuse, Caroline Pot est une neurologue spécialisée dans la prise en charge des pathologies neuroinflammatoires telles que la sclérose en plaques. En 2015, elle a rejoint le Service de neurologie du CHUV où elle a développé une activité mixte de clinique et de recherche, grâce à l’obtention d’un poste de professeure assistante boursière du Fonds National Suisse (FNS).

Caroline Pot a effectué sa formation clinique en Suisse. Elle obtient son diplôme de médecine de l’Université de Genève et son titre FMH de neurologie aux Hôpitaux Universitaires de Genève. En parallèle, elle a mené ses travaux de recherche à l’Université de Zurich où elle a effectué sa thèse en neurosciences. Pour compléter sa formation postgraduée en neuroimmunologie, Caroline Pot s’est rendue en 2008 à l'Université de Harvard à Boston aux Etats-Unis. De retour en Suisse en 2011, initialement à Genève puis à Lausanne, elle poursuit ses activités cliniques et de recherche dans le domaine des maladies neuroinflammatoires.

Spécialités cliniques

Sur le plan clinique, Caroline Pot est spécialisée dans la prise en charge de pathologies neuroinflammatoires au sein du Service de neurologie. Elle participe à la supervision de la consultation de maladies neuroinflammatoires telles que la sclérose en plaques.

Axes de recherche

Ses recherches, effectuées dans son laboratoire de neuroimmunologie, portent sur l’implication de facteurs environnementaux dans le développement de la sclérose en plaques. En particulier, elle cherche à comprendre la contribution des intestins, soit l’axe « intestin-cerveau », dans la pathogenèse de cette maladie. Elle étudie plus spécifiquement l’interaction entre la flore intestinale, l’alimentation et l’inflammation. Elle s’intéresse également aux dérivés du cholestérol qui jouent un rôle dans le développement des maladies inflammatoires.

Les résultats de cette recherche pourraient conduire vers de nouvelles approches thérapeutiques pour combattre la sclérose en plaques, qui touche particulièrement des jeunes patients.

Publications

Unisciences

 

 Dernière mise à jour le 30/01/2019 à 14:28