Aurélia Gambaraza

Structures et pratiques de la gouvernance intermédiaire des crises sanitaires : le cas de la COVID 19

Thèse en cours sous la direction de Francesco Panese, SSP-UNIL & IHM-CHUV/UNIL et d'Isabelle Peytremann-Bridevaux, Unisanté/UNIL.

Résumé

Ce travail vise à étudier la gouvernance des crises sanitaires mise en œuvre par les acteurs intermédiaires (c'est à dire qui se situent à un niveau qui n'est ni le niveau fédéral/national, ni celui très local des rapports interindividuels) des systèmes de santé dans différentes régions d’Europe.

Il s’agit ainsi de déterminer la structure organisationnelle, mais aussi la gouvernance telle qu’elle est pratiquée et vécue par les différents acteurs.

On s'interrogera pour savoir quelles organisations formelles sont mises en place et avec quel niveau de contrainte; quelles relations se nouent au sein et en dehors de ces organisations ; quelles décisions sont prises, quels sont les moteurs de ces décisions et qu’est-ce qui est effectivement mis en œuvre ; mais également quels sont les effets de ces décisions sur le territoire.

L’hypothèse initiale est la suivante : malgré la diversité apparente des organisations et des mesures mises en place dans les différents systèmes de santé, des similarités sont observables dans la structuration de la gouvernance au niveau intermédiaire lors d’une crise sanitaire.

Pour répondre à la question de recherche, une étude multi-cas sera menée.

Le choix a été fait dans la présente étude de considérer deux terrains principaux, appuyés par l’étude de terrains complémentaires pour approfondir ou illustrer certains aspects de la recherche et vérifier la possible montée en généralité.

Les deux terrains principaux sont la gouvernance de la crise liée à la COVID-19 dans le canton de Vaud en Suisse et la région Pays de la Loire en France. La pertinence de ces terrains dans le cadre d’une étude sur la gouvernance en temps de crise sanitaire s’explique par la relative proximité des systèmes de santé des deux Etats et la grande divergence des systèmes politiques de gouvernance de ces pays. Il sera donc possible de voir si des schémas décisionnels, organisationnels et politiques différents, dans un contexte épidémique et un système de santé comparables, ont -ou non- donné lieu à des réponses sanitaires et à des organisations locales très différentes et ont -ou non- produit des effets variés.

Les terrains secondaires identifiés à ce jour se situent en Suisse (second canton), Allemagne et Suède.

La méthodologie fera appel à des méthodes mixtes, dans une démarche abductive, ou de « grounded theory ». Les éléments saillants définis à l’aide des outils qualitatifs seront ensuite testés à une échelle plus grande à l’aide de questionnaires (quantitatifs), afin de valider ou non la théorie issue de la première étape.

 

Information de contact

Aurélia Gambaraza
 Dernière mise à jour le 25/11/2021 à 15:25