Assistance cardiaque

L’insuffisance cardiaque terminale

L’insuffisance cardiaque est une maladie résultant de l’altération de la fonction cardiaque. Elle décrite comme « terminale » lorsqu’elle est très avancée et/ou ne répond plus aux traitements médicamenteux. Le cœur n’arrive plus à assurer la circulation sanguine ce qui menace la fonction des autres organes et ainsi la vie du/de la patient-e. Cette situation peut se développer de diverses manières :

  • progressivement (chronique), c’est le cas des maladies altérant directement le muscle cardiaque lui-même (cardiomyopathies primitives), ou des maladies entrainant un exercice excessif du muscle cardiaque aboutissant à son épuisement telles que les malformations, les maladies valvulaires et coronariennes (cardiomyopathies secondaires).
  • rapidement (aigüe), secondaire à un infarctus, une infection virale ou une intoxication.

Si le traitement médical s’avère inefficace ou insuffisant, l'assistance circulatoire mécanique et/ou une transplantation cardiaque sont les deux options à envisager Il existe de nombreux modèles permettant d’assister la circulation sanguine. Cette assistance peut être temporaire (en cas d’infection virale ou d' attente d’une transplantation) ou définitif. Sa fonction est ainsi de restaurer une circulation sanguine suffisante pour un bon fonctionnement des divers organes et ainsi de maintenir la vie.

Les différentes assistances cardiaques

Membrane d' oxygénation extracorporelle (ECMO)

Une ECMO ressemble aux machines cœur-poumon que nous utilisons chaque jour pour la chirurgie cardiaque. Elle assure tant la fonction cardiaque que pulmonaire. Toujours disponible, peu coûteuse et facile à implanter, elle intervient surtout en situation d’urgence, que ce soit pour supporter un cœur ou un poumon défaillant. Son action dans le temps est limitée à quelques semaines et si la récupération cardiaque ne s’est pas réalisée, alors une assistance de longue durée pourra être envisagée.

L’ECMO draine le sang du patient par une canule remontée dans l’oreillette cardiaque. Celui-ci est mis en circulation et sous pression par une pompe (c'est la fonction cardiaque), puis passe par un oxygénateur où il se charge en oxygène et se décharge en gaz carbonique ( c'est la fontion du poumon). Ce sang oxygéné est restitué sous pression dans le système artériel. De là, il emprunte les ramifications de l’aorte pour atteindre chaque organe.

L’ECMO peut aussi servir de support respiratoire, lorsque le poumon est gravement lésé et que la ventilation artificielle n’est pas suffisante (grippe et pneumonie sévères, détresse respiratoire aigüe).

Assistance circulatoire ventriculaire de longue durée (VAD)

Lorsque la fonction cardiaque semble irréversiblement altérée, il est alors proposé un système mécanique d’assistance ventriculaire de longue durée (VAD). Le système, constitué d’une pompe implantée dans le thorax du/de la patient-e ne fait que suppléer le ou les ventricules défaillants (sans oxygénation du sang). Ces pompes délivrant un débit continu, non pulsé, uni-directionnel, sont alimentées par une batterie externe portée par leou la patient-e, cette dernière étant reliée par un câble à la pompe via la peau.

Les indications à la pose d’un tel système sont l’attente d’une transplantation pour les patients éligibles, une implantation définitive pour ceux ne pouvant pas bénéficier d’une transplantation, mais aussi dans quelques situations l’attente d’une éventuelle récupération à long terme.

La miniaturisation et la fiabilité des nouveaux systèmes d’assistance circulatoire, leur simplicité d’utilisation ainsi que l’autonomie de ces nouvelles machines autorisent aisément un retour à domicile avec une qualité de vie proche de la normale.

 Dernière mise à jour le 15/11/2017 à 12:52