Immuno-régulation des cancers urologiques

Les membres de l'équipe

Différents mécanismes ont été développés par le système immunitaire afin de réguler les réponses immunitaires contre des agresseurs. Ceci est particulièrement observé lors de cancers où ces mécanismes sont détournés et amplifiés par la maladie, empêchant au corps de réagir contre la tumeur et diminuant l'efficacité des traitements. Notre équipe cherche à comprendre le fonctionnement de ces mécanismes d'inhibition et à les bloquer de façon à améliorer la réponse anti-tumorale.

Parmi les nombreux mécanismes de régulation du système immunitaire, il existe certaines molécules (ou récepteurs) produites par les lymphocytes qui réduisent leur propre activité de protection du corps. De plus, il existe également certaines cellules immunitaires dites régulatrices, comme les MDSC, dont le rôle est de limiter la fonction d’autres cellules immunitaires. Les récepteurs inhibiteurs, comme BTLA et TIM-3, ainsi que les MDCS, apparaissent de plus en plus comme ayant une fonction importante dans la régulation du système immunitaire et particulièrement lors de cancer, c’est pourquoi nous les étudions afin de mieux comprendre leur rôle et leur fonction, notamment dans la modulation des réponses immunitaires contre les tumeurs de la vessie. Cette recherche porte sur trois axes principaux:

  1. Comprendre le rôle des récepteurs inhibiteurs BTLA et TIM-3, exprimés par les cellules présentatrices d’antigène issues de patient(e)s atteint(e)s de cancer de la vessie. Parmi les cellules présentatrices d’antigène (CPA), il est clair que les cellules dendritiques (CD) jouent un rôle critique dans le développement des réponses immunitaires. Nos récents résultats ont montré que certains sous-types de CD peuvent exprimer BTLA et TIM-3. De plus, chez les patients atteints du cancer de la vessie, il semble que cette expression augmente avec la progression de la maladie. Ainsi, dans ce projet, nous caractérisons en détails ces cellules dendritiques exprimant BTLA et TIM-3 et étudions s’ils peuvent influencer la fonction de ces CD. La compréhension détaillée de la régulation de la fonction des CPA donnera sans aucun doute de nouvelles pistes pour l’élaboration de vaccins thérapeutiques anti-cancer.
     
  2. Développer de petites molécules inhibitrices de BTLA: Ce deuxième projet se fait en collaboration avec l’équipe du professeur Olivier Michielin de l’Institut Suisse de Bioinformatique (SIB). Le but est de générer et de tester des inhibiteurs de BTLA. Ainsi, dans un premier temps, le Pr Olivier Michielin et le Dr Vincent Zoete vont prédire par ordinateur la séquence de petites molécules potentiellement inhibitrices de BTLA grâce à une série de logiciels (EADock) qu’ils ont récemment développés. Dans un deuxième temps, une fois ces molécules synthétisées, leur efficacité dans le blocage de BTLA sera testée sur des cellules T humaines dans notre laboratoire à l’Unité de Recherche en Urologie. Par conséquent, nous espérons pouvoir mettre en évidence une ou plusieurs molécules capables de restaurer la fonction des lymphocytes T en bloquant le récepteur inhibiteur BTLA. Ces molécules pourraient alors être utilisées lors d’essais d’immunothérapies anti-cancer dans un futur proche.
     
  3. Analyse des mécanismes diminuant les réponses immunitaires lors du traitement du cancer superficiel de la vessie: Le traitement standard du cancer superficiel (ou non-musculo-invasif) de la vessie consiste en l’instillation dans la vessie du Bacillus Calmette-Guérin (BCG) après résection de la tumeur. Le BCG provoque une très forte inflammation de la vessie et un afflux massif de cellules immunitaires que l’on retrouve alors dans l’urine. Cependant 30% des patients ont une intolérance ou une résistance à ce traitement, limitant son utilisation. Notre principal objectif est d’analyser les réponses immunitaires des patients pendant le traitement au BCG, afin de mieux comprendre les mécanismes intrinsèques de l’échec de cette thérapie. Nos premiers résultats montrent que la présence de certaines cellules régulatrices (MDSC) dans l’urine des patients semble corréler avec un mauvais pronostique de la maladie. Nous souhaitons également étudier in vitro l’impact des cellules de cancer de la vessie traitées ou non avec le BCG sur la génération de cellules immunitaires régulatrices. Notre étude est principalement destinée à répondre à la question de savoir comment le traitement au BCG peut influencer la régulation immunitaire et si la présence de certaines sous-populations régulatrices peut être prédictives de l’échec de cette thérapie chez certains patients. Ce travail générera des informations permettant d’optimiser les traitements d’immunothérapie contre le cancer superficiel de la vessie.

 

Sélection de publications

Vous pouvez consulter les publications de notre service dans la base de données Unisciences de l'Université de Lausanne.

Publications

Contacts

Dr. Laurent Derré
Service d'urologie
CHUV
BU48/05/510
Rue du Bugnon 48
1011 Lausanne, Suisse
Tél. +41 21 314 03 73
Tél. +41 79 556 33 80
Groupe de recherche
 Dernière mise à jour le 10/10/2019 à 15:29