Neuroimmunologie

Pr Renaud du Pasquier / Pre associée Caroline Pot Kreis / PD-MER Dre Marie Théaudin

L’Unité de neuroimmunologie est couplée au Laboratoire de neuroimmunologie, dont le thème principal est l’étude de la physiopathogenèse des maladies démyélinisantes. Ce thème se décline avec les trois axes de recherche suivants:

  • Mécanismes de déclenchement de la sclérose en plaques: interaction entre réponse immune cellulaire (lymphocytes T CD8+ en particulier) et certains facteurs de risque, tels l’infection par le virus Epstein-Barr ou la carence en vitamine D.
  • Immunopathogenèse de la leucoencéphalopathie multifocale progressive, une maladie démyélinisante causée par le virus JC. Auparavant assez rare, cette infection survient plus fréquemment chez certain-e-s patient-e-s atteint-e-s de sclérose en plaques et traité-e-s par l’anticorps monoclonal natalizumab.
  • Patient-e-s VIH souffrant de complications neurologiques: constitution d’une cohorte de patient-e-s VIH+ de Suisse romande et développement de plusieurs thèmes de recherche (troubles cognitifs dans l’infection au VIH, biomarqueurs du liquide céphalo-rachidien indicatifs de troubles cognitifs, étude pilote thérapeutique pour troubles cognitifs liés au VIH, etc.).

Laboratoire de neuroimmunologie/sclérose en plaques (NIS)

Le Laboratoire de neuroimmunologie/sclérose en plaques (NIS) est dirigé par le Pr Renaud Du Pasquier.

Principalement dédié à la recherche sur la sclérose en plaques (SEP), le laboratoire étudie l'interaction entre la réponse immunitaire - en particulier les cellules T CD8+ - et les facteurs environnementaux. Récemment, nous avons mis en place un programme de cellules souches humaines pluripotentes induites (hiPSC). Grâce à cet outil, plusieurs nouvelles opportunités s'ouvrent à nous, car nous sommes désormais en mesure d'observer les cellules du système nerveux central (SNC) de patients atteints de SEP, qui étaient jusqu'à présent hors de portée. Nous avons la possibilité de mettre en contact des cellules immunitaires périphériques auto-réactives avec des cellules autologues du SNC et de déterminer si, effectivement, il y a reconnaissance d'auto-antigènes dans le cerveau.

L'équipe de notre laboratoire participe également activement à la surveillance des effets à long terme des DMTs utilisés dans la SEP sur les réponses immunitaires. Nous essayons surtout de comprendre l'interaction entre ces traitements et la biologie du virus JC, l'agent de la leucoencéphalopathie multifocale progressive (LEMP), afin de mieux gérer le risque de développer une LEMP.

Enfin, en collaboration avec des cliniciens, le laboratoire mène un programme de recherche sur les troubles neurocognitifs des patients séropositifs (HIV).

En savoir plus

Collaborations

  • Au CHUV: Laboratoire d’immunologie cellulaire et d’immunpathologie du SIDA (Prof. Giuseppe Pantaleo), Service de maladies infectieuses (Dr Matthias Cavassini)
  • A l'Université de Lausanne: Département de biochimie (Prof. Nicole Déglon), Centre intégré de génétique (Prof. Mehdi Tafti)
  • A Berne: Theodor Kocher Institute (Prof. Britta Engelhardt)
  • Aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG): Unité VIH/SIDA (Prof. Alexandra Calmy)
  • En France: CHU de Nantes (Dr David Laplaud)
  • Aux USA: Division of neurovirology (Prof. Igor Koralnik), Northwestern Memorial Hospital, Chicago, USA.

Publications

Contacts

Pr Renaud Du Pasquier
 Dernière mise à jour le 17/06/2021 à 15:50