Déchirure du ligament croisé postérieur

De quoi s'agit-il?

Ce ligament est situé dans la partie postérieure et centrale du genou. Il relie le tibia au fémur. C'est le ligament le plus solide du genou et par conséquent, son atteinte est assez rare.

Une déchirure du ligament croisé postérieur survient le plus souvent dans le cadre d'accident sportif ou d’un traumatisme violent.

Quels sont les symptômes?

  • Symptômes d'instabilité lors de freinage
  • Symptômes d'instabilité en descendant les escaliers ou marchant sur un terrain en pente
  • Sensation d'instabilité lors de mouvements de pivot, de changements de direction et de mouvements latéraux
  • Douleurs sur la partie antérieure du genou

Quel est le degré de sévérité des déchirures?

  • Déchirure partielle : une partie des fibres qui constituent le ligament croisé postérieur est atteinte. Un traitement non chirurgical adapté permet le plus souvent de restituer une bonne stabilité.
  • Déchirure complète : toutes les fibres qui constituent le ligament son déchirées. Dans ce type de cas, un traitement chirurgical est généralement nécessaire pour réduire l’instabilité du genou.

Comment se déroule le traitement?

Pour poser le diagnostic d'une lésion de ce ligament, le médecin réalise un examen clinique, des radiographies et une IRM. Ce dernier examen permet de voir la présence de lésions associées, desquelles dépendra la stratégie de traitement.

La majorité des lésions du ligament croisé postérieur ne sont que partielles et peuvent guérir sans intervention chirurgicale. Pour une bonne guérison, il est important de poser le diagnostic rapidement puis de respecter un programme de physiothérapie adapté et d’utiliser une attelle spécifique pendant environ 4 mois.

Si la déchirure est complète, un traitement conservateur respectant les principes évoqués ci-dessus est souvent conseillé dans un premier temps. Une prise en charge chirurgicale est cependant souvent nécessaire pour réobtenir une bonne stabilité du genou. L’intervention a pour objectif de reconstruire le ligament à son emplacement exact. Pour cela, nous utilisons le plus souvent des tissus prélevés sur l’opéré lui-même (autogreffe), provenant en général du tendon du quadriceps. Dans le cas de lésions ligamentaires multiples, nous recourons parfois à l’usage d’allogreffe, tissus venant de donneurs. Le nouveau ligament est ensuite mis en place dans l’articulation par l’intermédiaire de petits tunnels osseux, au niveau du tibia et du fémur, qui permettent de faire passer puis de fixer la greffe à l’intérieur de l’articulation. L’intervention est réalisée à l’aide d’une caméra (arthroscopie).

Prise en charge après l’opération

  • Durée d’hospitalisation : le plus souvent de 2 à 3 jours.
  • Rééducation : une physiothérapie adaptée est déterminante dans la réussite de la chirurgie. Elle peut être débuté dès le 5e jour après l’opération, à raison de 2 à 3 fois par semaine. Il est important que cette rééducation soit organisée et planifiée avant la chirurgie. Ce point est abordé en consultation préopératoire avec le chirurgien.
  • Reprise des activités : nous recommandons l'usage d'une attelle spécifique pendant une période de 4 à 6 mois. Durant les 6 semaines qui suivent l’opération, il est recommandé de limiter l’appui à 15 kg sur la jambe opérée. La reprise d'activités sportives avec mouvements latéraux, démarrages brusques et pivots n’est autorisée que vers le 8e mois après l’opération.

    La reprise d’une activité professionnelle sédentaire est généralement autorisée dès la 4e semaine après l’opération. Un délai de 4 à 6 mois est d’habitude nécessaire pour le retour à une profession manuelle. Ces délais sont toutefois indicatifs et sont discutés au cas par cas avant l’intervention chirurgicale.

 Dernière mise à jour le 10/04/2019 à 09:54