ESCCAR

ESCCAR (European Study group on Chlamydiales, Coxiella, Anaplasma, Rickettsia and other intracellular bacteria)

ESCCAR encourage la recherche fondamentale et appliquée dans les domaines de la chlamydiologie, rickettsiologie et sur les maladies dues à d’autres bactéries intracellulaires (Bartonella, Coxiella, …).

ESCCAR compte actuellement environ 300 membres (médecins, vétérinaires, microbiologistes, ....) provenant de nombreux pays différents.

ESCCAR organise les  réunions internationales triennales sur les Rickettsiae et rickettsioses, de même que des workshop éducatifs (voir ci-dessous: «Activités»), et publie des numéros spéciaux liés à chacune des réunions triennales, des rapports de congrès, ainsi que les résultats obtenus par la recherche collaborative et/ou des guidelines (voir ci-dessous: «Publications»).

ESCCAR, précédemment ESCAR (un groupe d'étude de l’ESCMID), a été créé à Barcelone, en mai 2014 lors du 24ème Congrès ECCMID, afin de poursuivre son activité hors ESCMID et d'y inclure dorénavant les Chlamydia et les bactéries apparentées à Chlamydia.

Activités

  • 2008 : Congrès international ESCAR sur les Rickettsia et autres bactéries intracellulaires, tenu à Marseille, France, organisé par le Prof. Didier Raoult.
  • 2010 : Cours post gradué ESCAR à Sousse, Tunisie, organisé par la Prof. Amel Letaief.
  • 2011 : Congrès international ESCAR sur les Rickettsia et autres bactéries intracellulaires, tenu à Héraklion, Crète, Grèce, organisé par le Prof. Achileas Gikas.
  • 2013 : Cours post gradué ESCAR sur les bactéries intracellulaires, dispensé à Villars-sur-Ollon, Suisse, organisé par le Prof. Gilbert Greub.
  • 2014 : Cours post gradué ESCAR à Marseille, France, organisé par le Prof. Pierre-Edouard Fournier.
  • 2015 : Congrès international ESCAR sur les Rickettsia et autres bactéries intracellulaires, tenu à Lausanne, Suisse, et organisé par le Prof. Gilbert Greub.
  • 2017 : Congrès international ESCAR sur les Rickettsia et autres bactéries intracellulaires, tenu à Marseille, France, organisé par P.E. Fournier du 12 au 14 juin 2017
  • 2020 : International intracellular bacteria meeting 2020, tenu à Lausanne, Suisse, organisé par G. Greub du 24 au 27 août 2020

Publications ESCCAR récentes

Aurélie Scherler, Silvia Ardissone, Jacob Moran-Gilad, Gilbert Greub
Microbes infect. May 2019
 

  • Workshop postgradué ESCMID sur les bactéries intracellulaires : De la biologie à la clinique.

Pilloux L. et G. Greub
Microbes Infect. 2014: S1286-4579 (14)
Cet article met en évidence les sujets abordés lors de la récente réunion de ESCAR tenue à Villars (Suisse).

  • Update on Tick-Borne Rickettsiosis around the World : a Geographic Approach

Parola P. et al.
Clin Microbiol Rev  2013 : Oct 26(4): 657-702
Cet article présente les connaissances actuelles sur Rickettsiae et les rickettsioses transmises par les tiques, complété par des cartes géographiques fournissant des informations détaillées sur l'épidémiologie de ces maladies.

  • Regulatory (pan-)genome of an obligate intracellular pathogen in the PVC superphylum.

De Barsy M et al.
ISME J. 2016, in press.
Cet article résume les principales découvertes présentées lors du Congrès international de Lausanne (Suisse) de juin 2015.

  • ESCCAR international congress on Rickettsia and other intracellular bacteria.

de Barsy M, Bertelli C, Jacquier N, Kebbi-Beghdadi C, Greub G.
Microbes Infect. 2015 Oct;17(10):680-8.
Cet article résume les principales découvertes présentées au congrès International de Lausanne (Suisse) en juin 2015.

Mission & Objectifs

ESCCAR, anciennement ESCAR & EUWOG, est l'acronyme pour le Groupe d'étude européen sur les Chlamydiae, Coxiella, Anaplasma, Rickettsia et d'autres bactéries intracellulaires.
Quelles sont les raisons et les objectifs de notre groupe d'étude?

  • Chlamydiae comprend les pathogènes classiques C. trachomatis, C. pneumoniae et C. psittaci, mais également une grande variété de nouvelles familles, genres et espèces, y compris Waddlia chondrophila, un agent nouvellement identifié de fausse couche, et Parachlamydia acanthamoebae, un agent émergent de la pneumonie. La recherche sur ces nouveaux Chlamydiae peut donner un aperçu significatif sur la biologie de tous les membres de l'ordre des Chlamydiales, et est confrontée aux mêmes difficultés et défis que ceux rencontrés par la communauté des rickettsiologistes. Les membres d’ESCCAR sont particulièrement intéressés par l'épidémiologie de ces nouvelles bactéries apparentées à Chlamydia, car leur présence a également été identifiée dans les tiques (Pilloux et al. 2015), et ces bactéries représentent des agents zoonotiques émergents (De Barsy 2015).
  • La rickettsiose et ses maladies apparentées ne sont pas que des maladies infectieuses classiques ayant causé des milliers de morts à une époque révolue. Actuellement, les rickettsioses ré-émergent avec de nombreuses infections causant des problèmes de santé notoire, non seulement dans les pays les plus pauvres, mais aussi dans les pays développés. La récente épidémie du typhus au Burundi, avec ses milliers de personnes touchées, illustre la ré-émergence des rickettsioses. Dans certaines régions, d'autres rickettsioses classiques, comme la fièvre boutonneuse méditerranéenne ou la fièvre des montagnes Rocheuses, sont endémiques. D’autres infections se répandent partout dans le monde, telles que celle causée par Rickettsia felis, étroitement liée aux humains en raison de leur transmission par la puce du chat.
  • Au cours des 10 dernières années il a été démontré, grâce à l’utilisation de nouveaux outils moléculaires, p. ex. les PCR, que de nombreuses espèces du groupe de la fièvre pourprée des Rickettsiae ont été impliquées en tant qu’agents pathogènes humains. Grâce à la PCR, le groupe marseillais  du Prof. Didier Raoult a décrit des infections humaines par R. mongolotimonae, R. aeschelimani, ou R. slovaca, entre autres. Une rickettsiose importante, connue sous le nom de TIBOLA ou DEBONEL, est disséminée à travers l’Europe et est une cause fréquente de cicatrices et de lymphadénopathie chez les personnes mordues par des tiques pendant la saison froide. Un autre problème de santé émergent est une infection causée par R. africae, qui affecte un grand nombre de voyageurs en Afrique du Sud et en Afrique australe.
  • Nous étudions également les infections causées par Ehrlichia spp. (ehrlichiose)  et Anaplasma spp., reconnues comme pathogènes chez les mammifères dès le début du 20ème siècle en Europe. Après les premières descriptions chez l’homme en Europe, l’ehrlichiose granulocytaire humaine ou l’anaplasmose humaine ont été décrites à l’échelle européenne élargie, et nous savons qu’un grand pourcentage de tiques Ixodes Ricinus est infecté par l’agent étiologique deAnaplasma phagocytophilum. Récemment, une nouvelle espèce trouvée dans le Nord de l'Italie a été décrite comme possible agent pathogène humain (E. walkerii).
  • Actuellement, les infections à Bartonella sont un important problème mondial. Il a été démontré que B. quintana est la cause de nouveaux cas de "fièvre des tranchées", maintenant appelée "fièvre des tranchées urbaines" car elle affecte les populations sans abri en milieu urbain. Ceci est un exemple d'une infection ré-émergente. Nous savons également que B. henselae est l'un des principaux agents étiologiques de la lymphadénopathie chez les enfants et les jeunes, et que Bartonella spp. est le principal agent pathogène de l’endocardite à culture négative.
  • Malheureusement, Rickettsia spp. et Coxiella burnetii sont également des menaces "à la mode" du bio-terrorisme. Bien que ces agents ne soient pas faciles à utiliser comme armes biologiques, ils sont toujours considérés comme des agents de catégorie B.
  • De toute évidence, presque tous les agents pathogènes que nous étudions dans le groupe ESCCAR sont la cause de maladies également chez d’autres mammifères, et ils sont d'intérêt non seulement pour les médecins et les microbiologistes, mais aussi pour les vétérinaires, entomologistes et autres spécialistes.
  • Le but de ESCCAR est d'encourager les recherches fondamentales et appliquées dans les domaines de la chlamydiologie, la rickettsiologie et leurs maladies apparentées. ESCCAR compte environ 300 membres (médecins, microbiologistes, scientifiques, vétérinaires, pharmaciens, etc.) dans la plupart des pays européens et de nombreux autres pays à travers le monde, y compris les Etats-Unis, le Japon et la Russie. Nos principaux champs de recherche sont : l'épidémiologie, la génomique, la taxonomie, le diagnostic, la physiopathologie, l'immunologie et la thérapie des chlamydioses, des rickettsioses, des bartonelloses, des anaplasmoses, et des coxielloses chez les humains et les animaux. Nous élaborons des recommandations sur les questions de recherche liées aux Rickettsiae  et aux rickettsioses afin de promouvoir la compréhension de base et les connaissances dans ce domaine. Si nécessaire, ESCCAR conseille également les organismes gouvernementaux de la santé, sur les aspects importants de ces maladies.
 Dernière mise à jour le 21/05/2019 à 09:48