Laboratoire de Frédéric Lamoth

Frédéric Lamoth, : Professeur associé, médecin adjoint
Contact

 

Sujet de recherche

Les champignons, telles que les levures (Candida) et les moisissures (Aspergillus, Mucorales), peuvent provoquer des infections invasives chez l’être humain immunosupprimé (par exemple, chez les patients atteints de leucémies, les patients transplantés d’organes ou hospitalisés en réanimation). Ces infections fongiques (ou mycoses) invasives sont associées à un haut taux de mortalité.

Les Candida provoquent surtout des infections du sang (candidémie) et les Aspergillus et Mucorales des infections des poumons qui peuvent disséminer à d’autres organes (aspergillose invasive, mucormycose). Il existe actuellement peu de traitements antifongiques efficaces et le développement de résistances à ces médicaments rend le traitement de ces infections fongiques invasives de plus en plus difficile. De plus, on a assisté récemment à l’émergence de Candida auris (une nouvelle espèce pathogène) qui a la capacité de développer de multiples résistances.

Notre laboratoire étudie les mécanismes de résistance aux antifongiques (notamment aux azoles et aux échinocandines) de trois pathogènes fongiques de première importance : Candida auris, Aspergillus fumigatus et Mucor circinelloides.

Mécanismes de résistance chez les moisissures Aspergillus fumigatus et Mucor circinelloides

Notre groupe a investigué le rôle de la heat shock protein 90 (Hsp90) dans la tolérance à la caspofungine chez Aspergillus fumigatus. Nous avons démontré le rôle de ce chaperon moléculaire dans l’effet paradoxal de la caspofungine (perte d’efficacité avec des concentrations croissantes) via un contrôle sur la chaîne respiratoire des mitochondries.

Nous investiguons également les mécanismes de résistance aux azoles médiés par des pompes à efflux chez Aspergillus fumigatus et Mucor circinelloides.

Mécanismes de résistances aux azoles chez Candida auris

La résistance aux azoles (notamment au fluconazole) est très fréquente chez Candida auris et se développe à partir de plusieurs mécanismes. Nous avons identifié des mutations dans les facteurs de transcription Tac1 et Mrr1 qui peuvent activer les pompes à efflux (Cdr1 et Mdr1) afin de rejeter les azoles hors de la cellule. Nous investiguons les gènes qui sont sous contrôle de ces deux facteurs de transcription.

Fonds de recherche

Swiss National Science Foundation

Fondation Santos-Suarez

Tolérance aux échinocandines et effet paradoxal

Aspergillus fumigatus a un certain niveau de résistance naturelle aux échinocandines (ex. caspofungine) avec perte d’efficacité à hautes concentrations (effet paradoxal). Nous investiguons le réseau intracellulaire des heat shock proteins (Hsp90 et Hsp70) dans cette réponse.

Résistance acquise aux triazoles

Les triazoles (ex. voriconazole) représentent la classe d’antifongiques de première ligne dans le traitement de l’aspergillose invasive. L’émergence de résistance liée à des mutations dans le gène cible (cyp51a) est bien décrite. Cependant, il existe d’autres mécanismes d’adaptation au stress qui peuvent être impliqués dans la résistance aux triazoles. Nous analysons l’impact d’une exposition prolongée de souches d’A. fumigatus aux triazoles sur le développement de résistance liée à l’activation des pompes à efflux.

Fonds de recherche

  • Swiss National Science Foundation (Ambizione-Score)
  • Fondation Santos-Suarez
 Dernière mise à jour le 05/12/2022 à 13:40