Coronarographie / angioplastie

Coronarographie

La coronographie permet au cardiologue de visualiser les artères coronaires. Une ponction de l’artère fémorale ou radiale est pratiquée et permet l’introduction d’un cathéter (tube souple) que l’on dirige jusque dans les artères. Par l’injection d'un produit de contraste, substance qui permet de mieux visualiser les structures cardiaques, il est possible de diagnostiquer tout rétrécissement des artères dû à l’athérosclérose.

Cet examen est également nécessaire pour dépister une atteinte des artères du cœur avant une intervention lourde, par exemple une transplantation d’organe, une chirurgie cardiaque des valves ou une chirurgie des gros vaisseaux.

Angioplastie

Si l'ouverture d’une artère coronarienne est rétrécie (photo B) et provoque des symptômes comme l’angine de poitrine (douleur aiguë au thorax) ou encore un syndrome coronarien aigu, il existe la possibilité d’introduire un ballonnet dans l’artère atteinte (photos C, D, E), et de la gonfler afin de rétablir une ouverture adéquate dans l’artère coronaire.

Dans presque 10% des cas, le cardiologue implante un stent (petit ressort), qui permet de garder l’artère ouverte (photos F,G). Les stents de dernière génération que nous utilisons diffusent des médicaments qui empêchent à leur tour un nouveau rétrécissement de l’artère. Les stents sont résorbables et se dissolvent progressivement pour finalement disparaître après quelques années.

Sténoses ou occlusions

Nous pratiquons différentes interventions lors du traitement de sténoses (rétrécissements) ou d’occlusions dans les artères coronaires:

  • FFR (Fractional Flow reserve)

    Ceci nous permet de savoir en temps réel s’il est préférable qu’un patient souffrant d’une sténose moyenne (d'environ 50%) bénéficie d’un traitement avec un stent ou d’un traitement médical plus approprié.

  • IVUS (IntraVascular UltraSound)

    Le cardiologue obtient une image de l’intérieur de l’artère, à l’aide d’un microcathéter qui émet des ultrasons et qui est introduit directement dans l’artère coronaire.

  • OCT (Optical Coherence Tomography)

    Grâce à cet examen, le cardiologue obtient des images de très haute définition de la paroi de l’artère coronaire à l’aide d’une lumière produite par un cathéter spécial.

  • ICE (IntraCardiac Echocardiography)

    Il s’agit d’une sorte d’ultrason miniaturisé que le cardiologue introduit à travers les veines des jambes. Cela permet d’avoir des images de l’intérieur du cœur et de ses structures, sans la nécessité de faire une échocardiographie à travers l'oesophage.

Pontage coronarien

S’il existe une atteinte de plusieurs vaisseaux ou si l’atteinte est plus diffuse, le patient peut être adressé auprès des chirurgiens cardiaques afin qu’une opération de pontage coronarien soit pratiquée. Ces derniers prélèvent un segment de vaisseau sanguin sain dans le bras, la jambe ou le thorax puis le fixent en aval et en amont de l'artère obstruée. Le sang passe ensuite par ce pontage et contourne la section rétrécie de l’artère malade. Cette intervention rétablit une circulation sanguine normale et limite ainsi les risques d'un infarctus du myocarde.

Filière STEMI

La Filière STEMI assure une prise en charge rapide entre les hôpitaux du canton lors du traitement de l’infarctus du myocarde.

Son but est que les patients arrivent au CHUV le plus rapidement possible et qu’un opérateur expérimenté puisse ouvrir l’artère du cœur bouchée en implantant une microprothèse (angioplastie).

Grâce à cette filière, les délais de prise en charge des patients ont drastiquement diminué sur tout le canton de Vaud.

 Dernière mise à jour le 30/05/2018 à 12:47