Péricardite

Le péricarde est un sac fibreux dans lequel se trouvent le cœur et les racines des gros vaisseaux sanguins. Lorsque le cœur se contracte, une partie du péricarde sécrète un liquide (dont la quantité varie entre 30 et 50 ml), qui agit comme un lubrifiant. Lors d’une inflammation du péricarde, appelé péricardite, ce liquide peut augmenter en volume et empêcher dans les cas sévères le remplissage du cœur (tamponnade cardiaque).

La péricardite aigue est fréquente, notamment chez le sujet jeune ( < 30 ans). Elle apparait souvent à la suite d’une infection virale simple avec rhume, toux ou symptômes gastro-intestinaux.

Symptômes

Fièvre, douleurs musculaires et dans les articulations, sueurs et puis après quelques jours : Douleurs dans le thorax,souvent aggravées en position couchée et soulagée en position assise penché en avant.

Dyspnée (difficulté respiratoire)

Causes

Dans la majorité des cas infections virales.

Plus rarement :

  • Infections bactériennes (dans de rares cas la tuberculose)
  • Maladie inflammatoire systémique auto-immune (comme pex. Polyarthrite rhumatoïde, etc.)
  • Cancers

Dans la plupart des cas, on n’arrive pas à identifier la cause exacte de l’inflammation, on parle alors de péricardite idiopathique ou post-virale si un état grippal a précédé.

Diagnostic

Avec l’anamnèse, l’examen physique et des tests cités ci-dessous le diagnostics peut être posé : Par des douleurs thoraciques typiques, position- et réspiro-dépendantes. Parfois par un bruit caractéristique à l’auscultation du cœur avec un stéthoscope.

  • Electrocardiogramme (ECG)
    • Il enregistre l'activité électrique du cœur grâce à es électrodes placées sur les mains, les pieds et le thorax et montre souvent des signes typiques parlant en faveur d’une péricardite.
  • Par échocardiographie
    • Cet examen se fait au lit du patient. Il permet de facilement de mettre en évidence dans certains cas l’augmentation du volume du liquide autour du cœur et de mesurer les répercussions du liquide sur le travail du cœur.
  • Scanner et imagerie par résonance magnétique (IRM)
    • Il est rarement nécessaire mais permet dans certains cas plus compliqués d’observer l’épaississement et l’inflammation du péricarde.

Traitement

Dans la plupart des cas une hospitalisation n’est pas nécessaire et le traitement et suivi s’organise en ambulatoire.
Les anti-inflammatoires à relativement haute dose permettent de réduire l’inflammation dans la plupart des cas après 10 – 14 jours.

Un médicament qui s’appelle la colchicine aide à traiter l’inflammation et diminue surtout nettement le risque de récidive, s’il est pris quotidiennement pendant 3 mois. Si toutefois il devait y avoir une grande accumulation de liquide, la situation peut être dangereux pour le patient. Une hospitalisation est alors nécessaire et cardiologue ou chirurgien cardiaque évacue d’urgence le liquide grâce à la pose d’un cathéter dans la cavité du péricarde.

Dans tous les cas on conseille au patient de ne pas faire d’effort sportif intense pendant 3 mois pour éviter une nouvelle inflammation. Toutefois des récidives ne sont pas rares, notamment pendant la première année après une péricardite et ne peuvent pas toujours être évitées. Dans des cas rares une chronification peut s’installer et nécessiter des traitements plus sophistiqués avec suivi cardiologique et immunologique spécialisé.

 Dernière mise à jour le 21/06/2024 à 09:20