Insuffisance mitrale

La valve mitrale est composée de deux feuillets. Elle s’ouvre dans le but de faire passer le sang depuis l'oreillette gauche dans le ventricule gauche du coeur. Lorsque la valve mitrale, pour différentes raisons, n’arrive pas à se fermer complètement, le sang ne se dirige alors plus seulement en direction de l’aorte, mais il repasse par la valve malade dans l’oreillette gauche. Cette fuite est nommée insuffisance ou régurgitation mitrale.

Causes

  • Un rhumatisme articulaire aigu, maladie infectieuse encore très répandue dans les pays en voie de développement et relativement rare en Suisse (se manifeste chez les jeunes patients âgés de 20 à 40 ans)
  • Après un infarctus ou une atteinte des artères coronaires, la partie du muscle du coeur actionnant la valve mitrale peut être défaillante
  • Tout élargissement du cœur, mais surtout les cardiomyopathies, augmentent l'orifice de la valve mitrale et ses feuillets n’arrivent plus à se fermer
  • Un prolapsus mitral (une maladie de naissance ou dégénérative où l’un ou les deux feuillets de la valve n’arrive pas à se fermer et se retourne dans l’oreillette, provoquant une fuite pouvant être importante)
  • Certaines maladies de naissance avec malformations.

Symptômes

Les symptômes varient selon la gravité de la fuite de la valve mitrale défaillante. Il est possible que le patient ne sente rien et que les symptômes suivants n’apparaissent que lors des complications:

  • fatigue
  • souffle court
  • dyspnée (difficulté respiratoire) à l’effort, puis au repos
  • toux avec des crachats rougeâtres
  • palpitations à la suite des arythmies de l’oreillette.

Diagnostic

Le diagnostic s’établit le plus souvent par:

  • un électrocardiogramme
    Il enregistre l'activité électrique du coeur grâce à différentes électrodes placées sur les mains, les pieds et le thorax.
  • une échocardiographie (parfois une échocardiographie transœsophagienne)
    Cet examen qui se fait rapidement au lit du patient, permet d’obtenir des images du cœur en utilisant la technique des ultrasons.
  • une mesure de l’activité électrique par un examen électro-physiologique (EEP)
  • une imagerie par résonance magnétique (IRM)
    Elle permet de mesurer exactement la quantité de sang allant dans le mauvais sens.

Traitement

Les patients peuvent se passer de traitement pendant de longues années. Comme dans le cas de la sténose mitrale, le cardiologue prescrit à son patient des médicaments qui fluidifient le sang et évitent que des caillots ne se forment.

Lors de critères précise, le patient peut subir une chirurgie. Le chirurgien cardiaque décide alors de réparer la valve qui fuit ou de la remplacer par une prothèse mécanique ou biologique. Dans le premier cas, il pratique une plastie: il enlève une partie de l’un des deux feuillets et met en place un anneau autour de la valve pour «fixer» la réparation. Lorsque la plastie n’est pas indiquée ou impossible, il remplace la valve par une prothèse biologique ou mécanique.

Dans certains cas, lorsque la chirurgie s’avère trop dangereuse pour le patient et s’il présente une bonne anatomie, le chirurgien peut réparer la valve mitrale sans pratiquer d’opération (par MitraClip). L’opération consiste à rassembler les deux feuillets puis les attacher à l’aide d’un clip métallique.

 Dernière mise à jour le 04/05/2018 à 13:04