Bradycardie et blocs auriculo-ventriculaires

Bradycardie

Le cœur a une fréquence de 60 à 100 battements par minute. On parle de bradycardie lorsque les battements du cœur ne dépassent pas les 60 battements par minute. Il se produit alors une diminution du débit cardiaque, ce qui réduit les apports en oxygène et substances nutritives dans tout le corps, mais surtout dans les organes les plus sensibles: le cerveau, le cœur et les reins.

La bradycardie peut être liée à une atteinte à différents niveaux du système de conduction électrique du coeur: c’est le cas lorsque, par exemple, le nœud sinusal, situé au sommet de l'oreillette droite, est malade et ne déclenche pas les battements cardiaques.

Blocs auriculo-ventriculaires (BAV)

Les blocs auriculo-ventriculaires (BAV) désignent des troubles de la conduction électrique entre les oreillettes et les ventricules. Ils constituent la cause la plus fréquente d'implantation de stimulateurs cardiaques en Suisse.

Selon leur gravité, on distingue trois degrés:

  • BAV du premier degré

    On parle de BAV du premier degré lorsque seul le temps de la transmission de la pulsation est allongé. Souvent, il ne présente pas de symptôme et n’est visible que lorsque l’on effectue un électrocardiogramme.

  • BAV du second degré

    Le BAV du second degré correspond à une affection plus importante des voies de conduction. Le patient ressent dans la plupart des cas une diminution du pouls, des pauses dans le rythme cardiaque ou une arythmie (sensation de contraction irrégulière du cœur).

  • BAV du troisième degré

    Le troisième degré est le plus grave: à ce stade, il n’y a plus aucune transmission entre les oreillettes et les ventricules. Là, il peut y avoir une pause très longue, voire l’arrêt complet des battements du cœur, avant qu'il ne reprenne un rythme très lent. Selon la gravité, le patient peut perdre connaissance.

Symptômes

Tous les patients ne ressentent pas la diminution de la fréquence cardiaque, certains sont plus sensibles que d’autres. En outre, chez certains jeunes adultes ou chez les sportifs, la bradycardie est le signe d’un bon entraînement et n’est pas pathologique.

Mais en général, une diminution brusque de la fréquence cardiaque (en dessous de 30 battements par minute) est toujours accompagnée des symptômes cités ci-dessous:

  • vertiges
  • sensation d’évanouissement
  • perte de connaissance (syncope)
  • symptômes neurologiques - confusion
  • fatigue lors d'efforts physiques modérés
  • sensation de faiblesse
  • peine à respirer
  • douleurs thoraciques (angine de poitrine) liées à la diminution du flux sanguin qui se dirige vers le cœur.

Causes

Plusieurs causes peuvent altérer les circuits électriques qui transmettent les impulsions du nœud sinusal. Certaines bradycardies ou BAV sont dues à un vieillissement du cœur et des circuits électriques qui transmettent les pulsations. Mais chez un certain nombre de patients, ils ne sont que les conséquences d’une autre maladie, cardiaque ou non.

Diagnostic

L’entretien avec le patient et un examen clinique sont primordiaux. Ils peuvent nécessiter les examens suivants:

  • Electrocardiogramme (ECG)
    Il enregistre l'activité électrique du coeur grâce à différentes électrodes placées sur les mains, les pieds et le thorax. Il fournit des informations sur l'état actuel du coeur, mais aussi sur des événements passés, tels qu'un infarctus du myocarde.
  • Holter
    Il enregistre en continu le rythme cardiaque du patient pendant 24 à 48 heures.
  • Reveal
    Implanté sous la peau, si nécessaire pendant plusieurs mois, ce minuscule appareil enregistre l'activité du coeur comme un ECG.
  • Echocardiographie
    Cet examen qui se fait rapidement au lit du patient, permet d’obtenir des images du cœur en utilisant la technique des ultrasons.
  • Stress test sur un tapis roulant ou sur vélo
    Il permet de voir comment le coeur travaille dans des situations d'effort.
  • Mesure de l’activité électrique par un examen électro-physiologique (EEP).

Traitement

Dans un premier temps, le cardiologue décèle la cause de la bradycardie ou du BAV. Puis, après son traitement, la bradycardie disparaît dans la plupart des cas.

Chez certaines personnes âgées, ou lors d’une atteinte définitive des voies de conduction, la pose d’un stimulateur cardiaque (pace maker) est inévitable. Dans ce cas, le cardiologue présentera les différents types d’appareils existants au patient.

 Dernière mise à jour le 04/05/2018 à 12:48