Le projet PENbank

La PENbank

La PENbank est une infrastructure innovante qui a pour but de collecter, conserver, donner à voir et rendre disponible l’expérience vécue de la population médicale du CHUV et d’Unisanté. Autrement dit, la PENbank est une banque de récits d’expériences qui permet, au travers des récits, de documenter un monde, celui des médecins et de leur pratique quotidienne de la médecine.

Connaître l’expérience des médecins présente différentes utilités. Le fait d’avoir accès à ce qu’ils vivent donne la possibilité de mieux comprendre ce qui est important pour elles et eux et ce qui les préoccupe, ce qui permet en retour d’avoir une vision plus réaliste de ce qui constitue le métier du médecin. Savoir comment elles-ils font face aux défis de la clinique ouvre sur des manières de les soutenir et de sensibiliser les hiérarchies à ces enjeux. Une meilleure connaissance de l’expérience des médecins, par la visibilisation de leurs vécus, est en outre susceptible d’amener à un rapprochement entre le monde médical et les patient-es, leurs proches et plus largement le public. Il s’agit enfin de porter attention à un-e acteur-trice essentiel-le du système de soins, dont le rôle s’étend à la sphère sociale. L’expérience patient est aujourd’hui une donnée fondamentale pour les hôpitaux, « l’expérience médecin » doit le devenir aussi.

La PENbank vise deux objectifs principaux : la visibilisation régulière des récits et la restitution de leurs contenus. La visibilisation permet de donner à voir et de faire entendre l’expérience vécue des médecins au sein de l’hôpital et à l’extérieur. La restitution annuelle auprès des instances dirigeantes de l’hôpital permet de « cartographier » ce qu’expriment les récits et d’ouvrir à la réflexion. Un troisième objectif à plus long terme concerne l’utilisation des récits de la PENbank à des fins de recherche.

Les récits d’expériences de médecins qui composent la PENbank peuvent prendre des formes multiples, de l’oral à l’écrit en passant par la photographie ou le dessin.

Développement et lancement de la PENbank

La PENbank a été développée entre 2020 et 2021 grâce à l’instrument d’encouragement Spark du Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS CRSK-3_190887).

Le financement a permis le développement de la PENbank elle-même et d’un site internet (www.penbankchuv.ch), permettant l’envoi sécurisé de récits par les médecins du CHUV et d’Unisanté ; le stockage se fait ensuite sur un serveur sécurisé du CHUV.

La PENbank a été officiellement lancée en octobre 2021 avec l’organisation d’un défi des « expériences en 99 mots ». Ce défi est une manière de montrer dès le départ la diversité des formes que peuvent prendre les récits d’expériences. Depuis, le recueil des récits se fait en continu, indépendamment de leur forme et de leur sujet.

Implantation de la PENbank

Il s’agit à présent d’implanter durablement la PENbank sur le terrain de l’hôpital et donc de mener un travail pour intégrer dans les usages et les habitudes des médecins aussi bien la mise en récits de leurs expériences que la transmission des récits vers la PENbank.

Exemples de récits de la PENbank

Avant le lancement de la PENbank
   

Sans titre, photo envoyée par une médecin lors de la phase test de la PENbank au Service de médecine interne du CHUV, dans le contexte de la pandémie de SARS-CoV-2

72h
L’attente est interminable
Comment est-ce possible qu’un résultat de frottis mette si long, alors que nous vivons dans une ère technologique. Ah oui, c’est le week-end ! C’est bien connu, un patient n’angoisse pas le week-end, ne pense pas à toutes les personnes qu’il a croisées les dernières 48h avant d’être confiné chez lui, n’envisage pas tous les scénarios de comment lui et sa famille passeront le cap si le corona était confirmé. Ce n’est pas humain d’infliger 72h d’angoisse sous prétexte d’un week-end. Colère, désespoir, frustration… voilà ce qui m’habite aujourd’hui.

Sans titre, texte envoyé par une médecin lors de la phase test de la PENbank au Service de médecine interne du CHUV, dans le contexte de la pandémie de SARS-CoV-2

Récits du défi des expériences en 99 mots

Consultation de suivi d’un cancer ------------ d’une patiente de --- ans, accompagnée d’un proche aidant. C’est surtout lui qui répond aux questions : Oui, elle va bien, non, pas de douleurs. Il s’inquiète quand même, parce qu’elle vit seule au troisième étage, sans ascenseur. Elle refuse le bracelet-alarme, alors il l’appelle deux fois par jour. Il faudrait penser à un EMS bientôt, il pense.
La patiente parle peu. Pour l’examen clinique, son accompagnant sort. Je me retourne vers elle, et alors, avec un regard malicieux, elle me glisse : Il est chiant, hein ?
Fou rire partagé.

Sans titre, décembre 2021, texte transmis par une médecin assistante

D’autres exemples sont parus dans les Newsletters In Fine :

  • In Fine no 23
  • In Fine no 24
  • In Fine no 25
  • In Fine no 26

Publications

Bourquin C, Gavin A, Stiefel F. La liaison psychiatrique I : Clinique. Rev Med Suisse. 2022;769. À paraitre.

 Dernière mise à jour le 20/12/2021 à 15:14