Réduire les soins inappropriés à l’hôpital: le défi du projet LUCID

Publié par Grand Clementine le 08.06.2022
Le projet LUCID analysera les données des soins hospitaliers et les avis des patient·e·s pour identifier, évaluer et réduire les soins inappropriés et la surmédicalisation. Il vient de recevoir deux importants financements et débutera en septembre.

Le projet LUCID - Low valUe of Care in medical hospitalized patIents, a national Data stream - vient de recevoir deux importants financements pour les trois prochaines années. Mis sur pied par la Dre Marie Méan, médecin cadre et chercheuse clinicienne au Service de médecine interne et par Dr Guillaume Obozinski, chercheur au Swiss Data Science Center (SDSC) à l’EPFL, LUCID analysera les données des soins hospitaliers ainsi que les avis des patients pour identifier, mesurer, évaluer et réduire les soins inappropriés et la surmédicalisation. LUCID profitera ainsi autant au système de santé qu’aux patients. Son slogan, « Less care for better care » fait écho à la campagne « Plus n’est pas toujours plus. Décidons ensemble » de l’association Smarter medicine.

Que signifient les soins inappropriés, ou à faible valeur ajoutée ? Il s’agit de soins qui ne sont pas nécessaires à la guérison ou à l’amélioration de l’état de santé ou qui peuvent entrainer un risque de complications. Ils n’apportent peu ou pas de bénéfice aux malades, participent au gaspillage et coûtent cher au système de santé. Comment réduire ces soins inappropriés ? Des approches, comme Choosing Wisely aux Etats-Unis ou Smarter medicine en Suisse, listent déjà des mesures reconnues comme scientifiquement inutiles.

Cependant, il n'est aujourd’hui pas possible d'étudier ces listes de soins inappropriés dans nos hôpitaux suisses, car il manque une base de données nationale détaillée (quels médicaments le patient prend, de quelles maladies il souffre et ce qui se passe pendant et après son séjour à l'hôpital). Il manque également des données concernant la perception du patient de la qualité de sa prise en charge hospitalière.

Partant de ces constats, la Dre Marie Méan et le Dr Guillaume Obozinski, ont imaginé le projet LUCID. Un financement de 1.2 Mio du Personalized Health and Related Technologies et un second de 2.5 Mio du Swiss Personalized Health Network lui permettront de démarrer en septembre 2022.

Le projet LUCID en détail

LUCID vise à déterminer dans quelle mesure les patient·e·s des cinq hôpitaux universitaires suisses (Bâle, Berne, Genève, Lausanne et Zurich) reçoivent des soins inappropriés ou une surmédicalisation. Pour exemple, une personne âgée confuse et bruyante qui reçoit un sédatif lors de son hospitalisation. Ce médicament, dont l’efficacité sur la confusion n’a pas été prouvée, aura pour conséquence un risque de chute plus important pour la personne âgée et un coût supplémentaire en cas de blessure liée à la chute. LUCID identifiera, mesurera et évaluera ainsi la fréquence et l’impact des soins de faible valeur ajoutée chez les patients hospitalisés.

« Nous allons créer un flux de données national sur la plateforme sécurisée BioMedIT, afin d’étudier et de comparer les données des patients hospitalisés dans les cinq hôpitaux universitaires suisses», explique Guillaume Obozinski. « Il sera aussi possible d’explorer de nouvelles technologies, comme l’intelligence artificielle, pour étudier ces données et en tirer des informations utiles à la prise en charge du patient. »

De plus, pour enrichir les données hospitalières existantes, des questionnaires seront remplis par les patients eux-mêmes afin de mieux intégrer leur vécu et leurs symptômes dans les prises en charge hospitalières. L’étroite participation des patients se retrouve d’ailleurs à chaque strate du projet, car des patients seront inclus dans tous les organes consultatifs et décisionnels de LUCID.

Dre Marie Méan conclut : « A l’avenir, il sera de plus en plus important, pour les patients comme pour le système de santé, de mieux comprendre et répondre aux besoins des patients tout en réduisant les dépenses et le gaspillage. Grâce aux nouvelles informations issues du projet LUCID, nous pourrons identifier des pistes d’amélioration visant à mettre en place un système de soins plus efficient, économique et davantage axé sur les patients, pour in fine leur offrir moins de traitements et d’investigations inutiles et de meilleurs soins. »

 

 Dernière mise à jour le 28/06/2022 à 12:10