Unité de recherche sur la neurobiologie de l'anxiété et de la peur

PROF. DR. RON STOOP, PH.D. IR. SCIENCES NAT.

Descriptif

Quels sont les mécanismes neurobiologiques à la base de la peur et de l'anxiété ? Pourquoi un bruit dans la nuit dans une maison écartée nous donne des frissons tandis qu'entre copains dans la campagne ensoleillée ce même bruit reste presque inaperçu ? Quels sont les mécanismes qui règlent les seuils de la peur et les réactions de notre corps ? Pourquoi chez certains individus des troubles d'anxiété se manifestent souvent ensemble avec des problèmes cardiovasculaires, tandis que chez d'autres, le système gastrointestinal commence à poser des problèmes ?

C'est à ce genre de questions que notre groupe essaie de trouver des réponses. Nous savons depuis lors qu'il y a une région du cerveau particulièrement active pendant les moments d'angoisse et de peur: "l'amygdale". L'amygdale se situe dans le lobe temporal, dans la région antérieure de l'hippocampe avec lequel elle a de fortes connections. L'amygdale reçoit une grande diversité d'input sensoriels (auditif, visuel, olfactif, sensoriel) et envoie des projections vers des noyaux dans le tronc cérébral qui contrôlent les réactions de nos viscères. Pour étudier la régulation de ces fonctions par l'amygdale nous utilisons le rat comme modèle animal.

Le rat est un animal très interactif et qui a une grande vie sociale. Il nous ressemble dans beaucoup d'aspects. L'approche que nous avons choisie consiste en une combinaison d'expériences in vitro et in vivo. Pour la partie in vitro, nous avons établi à Cery un laboratoire équipé d'installations d'électrophysiologie pour enregistrer avec des approches extracellulaires, intracellulaires ou patch-clamp des signaux électriques dans des tranches de cerveau.

Pour la partie in vivo, nous utilisons des capteurs télémétriques, qui permettent d'enregistrer des réponses physiologiques déclenchées par des légers stimuli de peur. Ainsi, nous pouvons suivre les augmentations de battement du cœur, de la respiration, de la pression sanguine ou de la motilité intestinale chez le rat en permanence: Avec cette méthode, nous pouvons déjà identifier le moindre bruit suspect pour le rat.

Projets de recherche

Collaborations cliniques

Collaborations internationales et avec l'industrie

Choix de publications

Contact

Unité de recherche sur la neurobiologie de l'anxiété
Centre de neurosciences psychiatriques
Site de Cery
CH-1008 Prilly-Lausanne
Tél. +41 21 314 8936
 Dernière mise à jour le 30/04/2019 à 10:39